EGLISE ORTHODOXE D'ESTONIE

Chapitre

Estonie

 
Messages
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

MESSAGE PASCAL

de l’AN DE GRACES 2008


En Estonie, les paroisses estonophones fêtent Pâques suivant le calendrier grégorien tout comme l’Eglise Orthodoxe de Finlande et certaines paroisses en Pologne, Tchéquie et Slovaquie. Les paroisses russophones suivent elles le calendrier julien.


Chers Frères et Sœurs en Christ,


Nous célébrons aujourd’hui la Pâque du Seigneur : Dieu s’incarne, souffre, meurt, descend en enfer pour écraser la mort et l’enfer et faire de nous des vivants. Christ est ressuscité !...Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie et d’allégresse. Ce jour est celui de la victoire de la vie sur la mort. La Résurrection du Christ nous concerne et nous saisit maintenant. La Résurrection est en nous ; dès maintenant elle nous plonge dans la vie même de Dieu.

Pourtant interrogeons-nous. Pâques est une grande et belle fête, mais que reste-t-il dans nos vies de cette exaltation passagère ? Et puis, est-ce que c’est vrai ce que l’on dit dans les églises le jour de Pâques, que le Christ est ressuscité ? Depuis 2000 ans, la même rumeur court toujours : ce Christ qui a vécu parmi les hommes, Dieu l’a-t-il vraiment relevé d’entre les morts ?

Nous savons bien en effet que non seulement nos vies mais l’histoire toute entière est pleine de douleur et de haine et que le monde ne cesse de mourir par manque d’amour ; que notre civilisation riche de connaissance et de puissance fuit la mort mais multiplie les moyens de son propre suicide. Quelle preuve avons-nous que le Christ est vraiment ressuscité ; que la Résurrection n’est pas qu’une aimable fête à la surface de l’histoire, à la surface de nos vies mais qu’elle jaillit, au contraire, de toute l’épaisseur de notre souffrance, de tous les massacres de l’histoire, de tout le chaos de l’univers ?

A celui qui attend une démonstration qui l’obligera à croire, la réponse est claire : il n’y a pas ce genre de preuve. Mais tout au long de l’histoire de l’Eglise, tout au long de l’histoire des hommes, et maintenant, oui, maintenant, il y a une multitude de signes de Résurrection, à commencer par celui des propres disciples du Christ, lesquels après l’avoir abandonné et avoir fui découragés quand on l’avait arrêté, jugé, torturé et tué, n’ont pas hésité, trois jours plus tard de clamer avec certitude : « Jésus est vivant ». Certains disaient : « Dieu l’a ressuscité, il l’a relevé ». D’autres disaient : « Il a été exalté »…Saint Paul a écrit : « Il vit par la puissance de Dieu »…

Nous aussi nous croyons à la Résurrection parce que les apôtres, avant nous, ont cru et que personne n’a pu les convaincre de mensonge ; parce que des milliers et des milliers de martyrs ont préféré mourir plutôt de dire que l’évènement de la Résurrection n’avait pas eu lieu ; parce que tant et tant d’hommes à travers les siècles ont vécu et sont morts, en suivant le Christ, dans l’espérance d’être déjà ressuscités avec lui ; parce que dans le monde, des hommes et des femmes puisent, dans la Résurrection, le courage de lutter pour la liberté, la justice et la paix, avec les armes d’un amour actif, créateur.

« Hier, disent les matines de Pâques, hier, j’étais enseveli avec toi, ô Christ. Aujourd’hui, je me réveille avec toi le Ressuscité. Hier, j’étais crucifié avec toi. Maintenant, glorifie-moi dans ton Royaume ». Depuis cet instant, où les trois femmes de l’Evangile virent que la pierre du tombeau avait été roulée et que le Christ n’y était plus, jusqu’à nos jours, la contagion de la vie du Ressuscité continue de s’étendre tel un fleuve intarissable qui envahit tout. Et c’est précisément à ce déploiement de la Résurrection à travers l’histoire, pour préparer le retour du Christ, que nous sommes désormais appelés.
« La résurrection, écrit un prédicateur contemporain, ce n’est pas un lot de consolation pour plus tard, c’est notre vocation aujourd’hui ». Peut-être, en lieu et place de preuves, nous faut-il accepter dans un premier temps de garder le silence devant notre manque de mots pour dire ce que nous croyons de la Résurrection du Christ. Car il ne s’agit pas pour nous d’attendre la Résurrection mais bien de la vivre et de la faire vivre dès maintenant, sans chercher à l’expliquer avant d’avoir fait une partie du chemin qui, à travers les sentiers lumineux de l’Evangile de la Résurrection, nous mènera à la vraie foi en Christ ressuscité.

CHRIST EST RESSUSCITE !
EN VERITE IL EST RESSUSCITE !

Frères et Sœurs, c’est dans la joie pascale que je vous donne ma bénédiction.


Pâques de l’An de Grâces 2008.

+STEPHANOS,
Métropolite de Tallinn et de toute l’Estonie.


- - - - - - - - - - - - - - -
Bibliographie :

1.Bernard Bidault : « Parole de Vie » Année B – Ed. Mediaspaul, 1996 – Bar le Duc (France) pp.48-49.
2.Jean Corbineau : « Parole de Dieu, paroles de fêtes » - Ed.Karthala et CFRT,2006 – Paris (France) – pp.122-124.
3.Mgr Stephanos : « Une saison en orthodoxie » - Ed.du Cerf,1992 – Paris (France),pp.125-136.

Retour au sommaire

 


RESSOURCES
Archives du site
Liens du Web
 
CHAPITRES
Eglise d'Estonie
 
VERSIONS
Anglaise